Dans cet article, j’aimerais vous parler des 3 raisons qui m’ont poussée à arrêter l’alcool il y a 3 ans.

Dans cet article, je ne vais pas prétendre pouvoir vous aider à arrêter l’alcool. En effet, ces raisons ont marché pour moi mais il est probable qu’elles ne sont pas suffisantes pour vous.

Il ne s’agit pas non plus d’un jugement de valeur. Je ne suis pas là pour vous dire si l’alcool est bien ou pas et s’il faut en consommer ou non.

Cet article a plutôt vocation à vous faire part de mes réflexions et de mon expérience personnelle. Mon but est plutôt de vous dire qu’il serait possible de vivre quelques années sans boire d’alcool.

Je vais donc vous parler des 3 raisons qui m’ont fait prendre la décision définitive de ne plus consommer d’alcool.

Les deux premières raisons sont communes à la plupart des gens :

1) Le goût de l’alcool n’est pas extraordinaire.

Un pingouin déboussolé tient une fiole d' alcool.

Avouons-le, le goût de l’alcool peut être agréable dans certains cas mais ce n’est pas non plus extraordinaire.

Il m’est arrivé de trouver certains vins ou mélanges bons mais ce n’était pas l’extase pour moi.

À un moment donné, je me suis demandée pourquoi continuer à payer pour quelque chose qui ne me procurait pas de plaisir intense ? Pourquoi ne pas trouver une boisson avec un meilleur goût pour accompagner la fête ?

Lorsque je me suis posée ces questions, je me suis confronté à un problème bien plus complexe.

D’une part, ce qui explique la consommation d’alcool n’est pas seulement le goût mais ce sont les effets de l’alcool qui sont recherchés.

D’autre part, la consommation d’alcool est une pratique sociale et culturelle courante. En d’autres termes, la consommation d’alcool est une pratique largement répandue et valorisée par le plus grand nombre. Consommer de l’alcool, c’est montrer son adhésion à un collectif (amis, famille, collègues de travail…).

Dans une autre société, nous aurions pu montrer notre adhésion à un collectif par un autre biais.

Voici une petite anecdote pour illustrer ces phénomènes.

J’ai eu l’occasion d’assister à un mariage où il y avait deux types de punch : un sans alcool et un autre avec alcool. Il y avait un rituel qui a eu lieu après la cérémonie, et après notre arrivée dans la salle des fêtes. Tout les adultes devaient goûter aux deux punchs.

Il s’est avéré que la plupart des invités trouvaient le punch sans alcool meilleur que le punch avec alcool, mais devinez quoi ? C’est le punch avec alcool qui a été vidé le premier… Et le stock de punch sans alcool n’a pu être terminé.

À cette époque, je devais avoir entre 13 et 14 ans et je leur ai demandé pourquoi ils buvaient le punch avec alcool puisque l’autre sans alcool était meilleur. Bien sûr, j’avais compris leur démarche mais j’espérais une réponse différente. Ils n’ont pas su me donner une réponse autre que « tu comprendras plus tard ».

En grandissant, j’ai moi-même reproduit ce schéma-là. Il m’est souvent arrivé de boire quelque chose que je ne trouvais pas extraordinaire, pour l’ambiance et pour la fête.

Puis, après une dernière pinte, j’ai décidé d’arrêter de me mentir à moi-même.

J’ai pris la décision de ne plus jamais boire de l’alcool après une soirée étudiante. Lors de cette soirée, j’avais été amenée à faire connaissance avec les étudiants de ma promo. Nous étions tous avec notre pinte que nous nous éternisions à finir (le goût n’était pas terrible) et nous discutions de tout et de rien.

À la fin de cette soirée, j’ai eu le sentiment que cette boisson n’avait servi à rien. Je dirais même que nous n’aurions pas eu besoin de l’alcool pour nous amuser.

2) L’alcool est mauvais pour la santé.

Je ne vais pas vous rappeler les ravages que l’alcool peut provoquer.

L’alcool cause 40 000 décès en France chaque année.

C’est une deuxième bonne raison pour arrêter de consommer de l’alcool mais ça ne semble pas suffisant. Tout le monde le sait mais presque tout le monde boit de l’alcool de manière occasionnelle au moins.

Mais même modérément, l’alcool peut être mauvais si l’on en consomme régulièrement depuis un certain nombre d’années. Et même si l’on vient de commencer, l’alcool a déjà des effets physiologiques pas très agréables.

Il y a quelques années, je me disais « ça va je suis jeune ça ne va rien me faire pour l’instant », mais je ne me rendais pas compte que l’alcool m’enfermait dans une bulle. J’ignorais les effets de l’alcool sur mon bien-être.

J’ai fini par en prendre conscience lorsque j’ai appris à écouter mon corps.

3) L’alcool provoque des drames.

La troisième raison qui m’a poussé à arrêter l’alcool est plus personnelle.

J’évoque rarement cette raison lorsque l’on me pose la question car je ne voudrais pas trop heurter les personnes ou jeter un froid lors d’un repas avec la famille ou les amis.

En fait, l’alcool avait une place et une influence importante dans ma vie et je crois qu’il est inutile de vous dire que cette influence a été négative.

J’ai grandi en voyant un membre de ma famille souffrir de sa dépendance à l’alcool pendant des années. Je parle d’une personne en particulier mais en fait il y en avait plusieurs.

Non seulement je voyais que l’alcool était en train de détériorer la santé de cette personne en particulier (autant sa santé mentale que physique), mais en plus cette personne a tout perdu (son mariage, ses enfants, son travail, son argent).

Sa vie est devenue une vie de galère jusqu’à ce que cette personne décède prématurément et seule, dans sa maison à cause d’une maladie causée par sa consommation d’alcool. Bien sûr, cette personne était accompagnée, mais l’alcool l’a isolée et emprisonnée dans une bulle qui a fini par l’épuiser et l’empêcher de se livrer et de se battre davantage.

Beaucoup de personnes peuvent penser que je ne bois pas d’alcool parce que j’ai peur de mourir aussi, mais il n’en est rien. Bien sûr, je veux préserver ma santé.

Mais en fait, ce qui me gêne le plus est de consommer quelque chose qui cause autant de souffrances. 

L’idée de rédiger cet article m’est venue lorsque j’ai lu sur Internet des témoignages de personnes qui voulaient se fixer l’objectif de ne pas consommer d’alcool pendant quelques mois voire quelques années afin d’en mesurer les conséquences sur leur santé. 

Je trouve cette démarche très importante mais je pense que nous devrions également insister sur les effets sociaux de la consommation d’alcool. Tôt au tard, l’alcool finit par isoler les personnes et les font souffrir. Et l’entourage en souffre également.

Une femme tient une bouteille d' alcool dans ses mains. Son ami la soutient.

Je me suis dit que je devais aussi vous parler de mon expérience car cela fait maintenant 3 ans que je me suis fixée l’objectif de ne boire aucune goutte d’alcool.

En réalité cela fait “seulement” 2 ans et demi jusqu’à maintenant que je ne bois pas d’alcool puisque lors des premiers mois, j’avais cédé une fois à la tentation lors d’un dîner de famille. On m’avait fait comprendre qu’il fallait que je boive au moins un petit verre de vin pour trinquer.

J’ai bu une gorgée puis je l’ai regretté car je n’ai pris aucun plaisir. J’ai trouvé cette action inutile et je n’ai plus jamais cédée. 

Ma démarche pourrait vous sembler radicale mais en fait, je voudrais juste prouver qu’un monde sans alcool est possible.

Je ne ressens actuellement aucun besoin de boire de l’alcool. Je n’ai même pas la pensée d’en boire lorsque je ne me sens pas bien. Et je n’ai pas honte de commander un sirop, un thé ou un café lorsque mes amis commandent un verre d’alcool.

Pourtant, j’ai connu une période où je voyais l’alcool comme un jeu, un moyen de dépasser ma timidité et de m’amuser avec mes proches. Mais en plus des trois raisons dont je vous ai parlé, j’ai réalisé qu’il était possible de s’amuser sans boire de l’alcool.

En fait, derrière la consommation d’alcool se cache également la recherche du bonheur. Le bonheur, nous le ressentons lorsque nous faisons des choses qui nous passionnent, ou lorsque nous avons l’opportunité de vivre la vie de nos rêves.

À défaut, nous ressentons du bonheur lorsque nous nous amusons ou passons du temps avec les gens que l’on aime.

L’alcool est un accompagnement au bonheur. Nous sommes libres de changer cet accompagnement.

Voilà, cet article touche à sa fin, je pense avoir partagé avec vous l’essentiel. Que vous cherchiez à réduire votre consommation d’alcool ou que vous luttiez actuellement pour ne pas replonger dans l’alcool, j’espère que cet article vous aura motivé à poursuivre votre démarche.

N’hésitez pas à le partager si vous l’avez apprécié et à laisser un commentaire si vous souhaitez me poser une question ou ajouter un élément complémentaire.

Pour aller plus loin, vous êtes libre de vous procurer ou non cet excellent livre à ce sujet.

Marina Mériguet

1 Comment

  1. … [Trackback]

    […] Read More here: habitudesvertes.com/3-bonnes-raisons-darreter-lalcool/ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils